2016 RECAP / Novembre : Quand Gradur et Kaaris se renouvelaient

2016 RECAP / Novembre : Quand Gradur et Kaaris se renouvelaient

Voici venu le dixième épisode de « 2016 Recap », récapitulatif d’une année 2016 productive et riche en surprises et projets musicaux de qualité. Une année 2016 autant quantitative que qualitative.
Le concept de « 2016 Recap » ? Revenir sur les albums ou tapes qui nous ont marqué durant l’année civile. Vous aurez nos coups de cœur et des projets à écouter ou réécouter. Vous pourrez ainsi turn’ up de manière inconsciente et attendre 2017 en toute tranquillité. De rien.

En novembre dernier deux grandes figures du rap français ont sorti leurs projet respectifs. Le premier à faire feu est Kaaris avec Okou Gnakouri le 11, 3 jours plus tard Gradur prolonge la pluie de balles en dévoilant Where Is L’album de Gradur ?. Connus grâce à une trap agressive et puissante, les deux rappeurs mettent en lumière de nouvelles facettes musicales enrichissant leurs albums.

Nous avions fait une chronique sur les deux opus lors de leur sortie et pour cet épisode nous vous proposons les prémisses de celles-ci. Et si vous voulez lire la suite, en fin de chaque partie, dédiée à l’un des artistes, vous trouverez le lien qui vous redirigera vers l’article complet.

Un album transition ?

Alors que son dernier album Le bruit de mon âme est sorti il y a plus d’un an, Kaaris apparait en ce dernier trimestre plus déterminé que jamais. Après Blow et Nador le rappeur inaugure la sortie de son troisième album personnel Okou Gnakouri avec son nouveau clip 2.7 Zéro 10.17, en collaboration avec le dieu de la trap Gucci Mane. Comme à son habitude Riska fait les choses en grand et veut frapper fort !

K2A n’est pas de retour sur le devant de la scène pour perdre son temps. Il veut à tout prix récupérer sa place dans le rap jeu. Une place lui revenant de droit. Une place dont il s’était emparé avec son album Or Noir. Pour connaitre à nouveau une telle réussite Riska entrelace sa trap acerbe et crue avec de nouvelles sonorités, plus mélodieuses. Par exemple le refrain de Nador est chanté : « Nador, Nador, Nador, Nador Le Rif, le Rif, le Rif, le Rif Mi amor, mi amor, mi amor, mi amor Le biff, le biff, le biff, le biff ». Le titre, en référence à une ville du nord-est du Maroc réputée pour sa culture du cannabis, annonce la dynamique du morceau.

Nador n’est pas la seule track novatrice qui pourrait paraitre loin de l’univers musical du rappeur de Sevran. Cette année la Trap a perdu son bel élan et Kaaris l’a parfaitement compris. Il ne peut plus se contenter de surfer sur la vague lancée par Gucci. L’heure est à l’innovation et K2A surprend tout son monde avec un album assez éclectique. Il use notamment du vocodeur et de l’autotune dans de nombreux sons : Blow, Contact, Boyz In The Hood, Poussière… Kaaris n’hésite pas à mettre de côté ses instrus traps et propose de nouvelles ambiances. Contact rappelle des sonorités caribéennes, Tchoin est complètement marquée AfroTrap et Boyz N The Hood dégage une atmosphère mélancolique. Une transition musicale assumée et intéressante concernant l’avenir de l’artiste. Suite de l’article

nom

Gradur fait part de son spleen  

Un an après son dernier projet ShegueyVara 2, Gradur dévoile ce vendredi son deuxième album personnel Where Is L’album De Gradur ?. Au départ un hastag sur twitter et instagram, l’opus prendra forme à la suite du défi gagné par les fans de l’homme au bob. Where Is L’album De Gradur ? surprend par de nouvelles sonorités et démontre une certaine maturité atteinte par l’artiste. 

Étonnement la perspective de l’album est assez pessimiste. Que ce soit dans les sonorités que dans les lyrics. Rappelons que le 30 juin dernier à la suite de la suppression de sa chaîne Youtube Gradidur avait pris la décision d’arrêter le rap. Dégouté de l’envers du décor et du système du rap jeu, le roubaisien l’avait annoncé à plusieurs reprises, notamment avec le réptitif hashtag #fucklerapgame. Relancé par le soutien de sa fan base, le rappeur promet alors la sortie d’un deuxième album. 

Nous ressentons ainsi une certaine amertume dans ses lyrics et une mélancolie dans plusieurs tracks. Évoquons entre autre Intro, Bigo, Dolla, Wanani Gradi Mariadi et bien sûr Maman. Un morceau dédié à sa mère dans lequel il lui voue un amour total. Gradur regrette de lui avoir causé du tort et tente de se rattraper en subvenant à tous ses besoins.  Suite de l’article

Posté le 7/01/17 / 3233 vues / Par Osain Vichi