2016 RECAP / Août : Quand Rae Sremmurd et Tory Lanez nous envoûtaient…

2016 RECAP / Août : Quand Rae Sremmurd et Tory Lanez nous envoûtaient…

Voici venu le septième épisode de « 2016 Recap », récapitulatif d’une année 2016 productive et riche en surprises et projets musicaux de qualité. Une année 2016 autant quantitative que qualitative. Le concept de « 2016 Recap » ? Revenir sur les albums ou tapes qui nous ont marqué durant l’année civile. Vous aurez nos coups de cœur et des projets à écouter ou réécouter. Vous pourrez ainsi turn’ up de manière inconsciente et attendre 2017 en toute tranquillité. De rien.

Superbe clap de fin pour Rae Sremmurd

Revenons le 12 août dernier. Swae Lee et Slim Jxmmi s’alliaient pour la dernière fois, jusqu’à nouvel ordre, et balançaient leur deuxième album SremmLife 2. Des adieux réussis qui auront marqué 2016. Les deux frérots peaufinent leur marque de fabrique : production léchée et ambiances nocturnes. Les instrus sont toujours si éloquentes et Rae Sremmurd vise une nouvelle fois juste. SremmLife 2 gagne également en maturité et en consistance. On comprend que les deux emcees ont vécu une période intense et riche. Une période durant laquelle ils ont tiré nombre de leçons et découvert l’envers du décor. Leur opus est bien plus nuancé et mélancolique que le précédent. Les rythmiques sont moins dansantes et certaines lyrics plus amères. Les Sremmurds prennent conscience des vices de l’industrie de la musique comme ils le clament dans le morceau Came a Long Way. Ils se rendent compte des imperfections qui minent le milieu dans lequel ils exercent, et quoi de mieux que de partager leur expérience. Rae Sremmurd évoque leurs déceptions et leurs désillusions. Ils ne vont pas pour autant s’apitoyer sur leur sort et profitent autant qu’ils peuvent de la vie qui leur est offert. C’est de cela dont il est question dans SremmLife 2, le tout sublimé par l’énergie contagieuse du duo fraternel. Ils nous régalent encore une fois de hits enivrants et jouissifs. By Chance et Black Beatles, hymne du phénomène planétaire le Mannequin Challenge, en sont des preuves irréfutables. On souhaite le meilleur aux deux hermanos du Mississipi pour la suite et leur carrière solo. Long SremmLive Swae Lee and Slim Jxmmi !

nom

I Told You : à l’image de Tory Lanez

Jusqu’ici Tory Lanez n’avait pas réalisé le grand saut. Avec I Told You le rappeur de Toronto a sauté la tête la première dans le grand bain mi-août. Pour ses débuts, Tory présente un double album composé de 28 tracks. En réalité, le projet n’en comprend que 14. L’artiste apporte une nuance pour chaque morceau avec l’ajout d’un « skit » : un extrait audio qui retrace les moments les plus marquants de sa vie. Un processus narratif appréciable et original. Grâce à cet album Tory Lanez revient sur un parcours parsemé d’embûches. 

Alors qu’il connaît un succès croissant depuis sa mixtape Lost Cause, sortie en 2014, Tory Lanez a tardé à sortir son premier album. Il a tout simplement pris son temps et attendu le meilleur moment pour intégrer la cour des grands. Grâce à ses nombreuses mixtapes il s’est perfectionné. I Told You démontre que Tory a atteint une maturité musicale rare pour son âge. Rappelons que l’artiste a soufflé ses 24 printemps en juin dernier. Son album propose un spectre musical assez large car Tory sait tout faire, ou presque. Le kid de Toronto rappe, chante, produit, compose. Autant dire qu’il a un bagage à faire valoir. Son album illustre parfaitement cette polyvalence. I Told You regorge de pépites, et Tory excelle dans tout ce qu’il entreprend. En témoigne le morceau Luv, complètement marqué Dancehall, devenu l’un des plus grands singles de l’artiste. Say It au succès planétaire fait aussi partie du tracklisting, un titre R&B enivrant et sensuel, parfait pour conclure un rendez-vous galant ! Évidemment, Tory Lanez ne se contente pas de chanter et justifie à nouveau qu’il est un très bon kickeur. Il laisse parler son flow foudroyant notamment dans le morceau introducteur I Told You / Another One et To D.R.E.A.M.

Posté le 2/01/17 / 3730 vues / Par Osain Vichi