Le trio États-Unis/Canada/Mexique organisera la Coupe du Monde 2026

  13 juin 2018 à 2:14

  Pluggé par Erwan

Pour cette première édition avec son nouveau système de vote (chaque fédération à un vote tandis qu’avant le choix était fait par un comité de 20 personnes), le résultat du vote d’attribution pour la Coupe du Monde 2026 fut sans appel : le trio américain l’a emporté avec 134 voix sur 203 votants pour seulement 65 pour l’autre candidat à l’organisation, le Maroc. C’est la première fois qu’une compétition internationale sera organisée par 3 pays ensemble.

Déjà 4 fois candidate, le Maroc échoue donc une cinquième fois alors que son dossier était pourtant soutenu par le président de la Confédération africaine de football (CAF) Ahmad Ahmad qui avait fait un appel à l’unité africaine, ainsi que par de nombreuses nations européennes tel que la France notamment. Malheureusement pour eux l’unité n’était donc pas au rendez-vous et certaines nations du continent africain comme l’Afrique du Sud ou le Libéria avaient d’ores et déjà annoncé leur soutien au projet « United 2026 ».

C’est donc le projet nord-américain, soutenu par le président de la FIFA Gianni Infantino, qui s’occupera donc de ce mondial historique puisqu’il sera le premier à 48 nations !
Les frasques plus que limites du président étasunien Donald Trump sur Twitter n’ont donc pas découragé les votants qu’il avait pourtant menacé de façon à peine dissimulée en cas de non-soutiens au projet « United 2026 ».

Il est fort à parier que les possibilités de bénéfices proposés par les deux candidatures à l’issue de la compétition aient pesé dans la balance puisque le trio nord-américain annonce des recettes historiques de l’ordre de 14 milliards de dollars pour “seulement” 5 milliards pour leur concurrent marocains. Ces derniers ont pour leur part préféré s’appuyer sur « La ferveur autour du football dans le pays et sur le continent, la proximité avec des villes hôtes “ramassées” dans un rayon de 550 km, ou encore des stades modulaires » comme l’annonçait le président du comité de candidature marocain Moulay Hafid Elalamy à l’AFP.

Ce ne sera donc pas pour cette fois-ci que l’on verra une deuxième Coupe du Monde sur le continent africain après celle en Afrique du Sud de 2010…

A lire aussi ...